mercredi 18 août 2010

Du plus haut sommet

video

Cette nuit, j'ai escaladé le Mt Fuji! Yatta!

Daigo, Florian et moi sommes partis en bus de Shinjuku à 18h et sommes arrivés à 20h à a 5e station de Fuji-san (c'est la station où la plupart de gens commencent leur ascension). La nuit tombe rapidement ici (il fait noir à 19h) et donc nous étions équipés de lampes torches attachées à notre front ET de vêtements chauds parce que contrairement au reste du Japon, sur le Mt Fuji il fait trèèèès froid!

Le début du trajet était pas mal excitant: on voyait des éclairs dans les nuages au loin, et à part ça que du noir... et le ciel étoilé.

Mais la montée devient rapidement difficile (peu après la 6e station, on avertit déjà des possibilités de développer le mal des hauteurs à cause de la diminution de l'oxygène dans l'air), on sue, il fait froid, on voit rien et le sol devient de plus en plus vertical...

Honnêtement, je trouve que Fuji-san a quelque chose de creepy. La foret à sa base, Aokigahara, est un des sites de suicide les plus populaires au monde (environ un corps trouvé par trois jours, parfois plus), ce que je n'arrivais pas à sortir de ma tête quand on la traversait en autobus (apparemment il y a des pancartes dans la foret avec des textes sensés faire changer d'avis aux gens qui en sont rendus là). Ensuite, la montagne apparaît relativement rarement aux gens d'en bas: le sommet est constamment couvert de nuages, donc il faut être très chanceux pour qu'il se dégage quelques secondes, quelques minutes ou même, avec énormément de chance, quelques heures.

J'étais malade en partant... gros mal de gorge et cou congestionné, donc l'ascension n'a pas été des plus faciles. Nous prenions des pauses fréquemment, tel que recommandé, mais je crois que Daigo a quand même souffert du manque d'oxygène.

Les derniers 600 mètres du trajet étaient épouvantables, avec une température autour de zéro degrés (j'étais mal préparée pour ça), du vent parfois assez fort, le vide sous mes pieds (pendant le jour, si j'avais pu voir autour de moi, je crois que j'aurais eu trop peur pour continuer), le bruit un peu épeurant des gens qui respirent des bonbonnes d'oxygène...



J'ai escaladé Fuji-san malgré ma peur des hauteurs parce que c'est vraiment un symbole pour les Japonais. Ici, on dit que c'est un passage obligé pour être un vrai Japonais: plusieurs mythes sont liés à Fuji-san, et c'est aussi le symbole religieux le plus important du Japon. En haut, en plus des cabanes pour les voyageurs, on retrouve un temple et des toriis. Je n'ai pu m'empêcher de ressentir une forte émotion spirituelle, en haut, quand avec de centaines d'autres personnes nous avons regardé le Soleil se lever en bas, à travers les nuages. Je crois que plusieurs personnes montent avec un voeux en tête, et demandent qu'il soit exaucé une fois rendues en haut.



Si vous écoutez le son du vidéo au début de ce message, vous entendrez les Japonais crier ''Banzai!'' (''Mille ans'' ou ''longue vie'') en regardant le Soleil apparaître. Ça m'a fait un peu bizarre, et malgré le fait que l'expression n'est plus vraiment utilisée comme salut à l'empereur, je n'ai pu m'empêcher d'entendre, dans le creux de mes oreilles, l'hymne national japonais.



J'ai aussi vu certains hommes faire l'ascension avec leur jeune garçon (10 ans à peine), et plus ou moins les forcer à monter à un rythme d'adulte (ce qui doit pas être évident pour un enfant, croyez-moi), en leur disant ''Gambatte!!!'' (''Fais de ton mieux!'') quand les enfants s'arrêtaient. Je trouvais ça un peu cruel mais ça semble être une pratique fréquente ici, sûrement un genre de rite de passage.



L'ascension nous a pris 5h30, nous avons attendu le lever du Soleil environ 2-3 heures, puis la descente a pris 3-4 heures. Descendre se fait sur un chemin qui zigzague, un peu moins à pic, mais dans du gravier volcanique qui glisse beaucoup. Nous sommes arrivés en bas à 9h30 du matin, environ.



************

1 commentaire:

  1. Une sorcière comme les autres19 août 2010 à 11:16

    Quelle belle entrée dans ton blogue.Les photos sont renversantes - avec les nuages et le soleil qui se leve. J'ai moi aussi été remplie d'émotion en écoutant l'hymne national japonais - si majestueux - comme le mont Fuji.
    Bravo!

    RépondreSupprimer